Filière ovineLa production d'ovins viande baisserait de 2 % en 2014

| par | Terre-net Média

Selon les dernières prévisions du service de la statistique et de la prospective, la diminution du cheptel d'ovins en 2014 ne concernerait que la filière viande.

Ovins Alors que le cheptel d'ovins viande devrait diminuer de 2 % en 2014, celui des ovins lait serait en progression de 1 %. (©Terre-net Média)Coïncidence du calendrier ou pas, les dernières prévisions de production établies par le Service de la statistique et de la prospective (Ssp) du ministère de l’Agriculture sont publiées alors que s'est tenu cette semaine le congrès de la Fédération nationale ovine à Arles.

« En novembre 2013, avec près de 7,2 millions de têtes, l’effectif du cheptel ovin est en repli de 3,5 % par rapport à novembre 2012. Ce déclin affecte uniquement le secteur de la viande, notamment sous l’effet de la hausse du coût de l’alimentation, dans un contexte de production de fourrages rendue difficile (pluviométrie élevée et températures fraîches du premier semestre 2013).

Ainsi, après un recul de 4,4 % en 2012, le cheptel ovin viande continue son érosion. Avec une production prévisionnelle de près de 5,3 millions de têtes, la production ovine française devrait baisser de 2 % en 2014 du fait de la diminution constatée fin 2013 des effectifs de brebis et d'agnelles ovin viande de 5 %. 

A l’inverse, le cheptel ovin lait augmente. Après une baisse de 2 % en 2012 par rapport à 2011, il progresse de plus de 1 % en 2013, retrouvant sensiblement son niveau de novembre 2011. Cette hausse concerne aussi bien les effectifs de brebis que d’agnelles semblant traduire une volonté des éleveurs de préserver le potentiel de production du cheptel ovin lait.

En 2013, face à une disponibilité moindre dans les exploitations, les exportations d’ovins vivants baissent de 5 % par rapport à 2012. Les importations sont quant à elles en progression (+ 2 %). Sinon, l’année dernière a été marquée par une nouvelle baisse des importations de viande ovine. Elles sont ainsi en repli de 3,5 % par rapport à 2012.

Si les ventes en provenance du Royaume-Uni se sont maintenues, les importations en provenance d’Espagne, d’Irlande et de Nouvelle-Zélande ont reculé, ce dernier pays se tournant plutôt vers le marché asiatique. »

Situation contrastée dans l’Union européenne

Pour 2014, à l’exception de l’Italie et de la Roumanie, l’ensemble des autres principaux pays européens prévoient une production de viande ovine en retrait par rapport à 2013.

L’an passé, les abattages d’ovins au sein de l’Union européenne sont en repli de près de 1 % par rapport à 2012 mais ils ont cependant progressé en Irlande et au Royaume-Uni où les effectifs de brebis et agnelles affichent une hausse de 4 % par rapport à 2012.

A l’inverse, en Espagne, deuxième cheptel ovin viande de l’UE, les effectifs de femelles de souche sont en retrait de près de 300.000 têtes (3 %).

Le cheptel laitier plutôt présent au sud de l’Europe, est en progression en Roumanie (+ 5 % de brebis et agnelles laitières saillies) et en France (+ 1 %). Par contre, en Espagne, en Grèce et en Italie, les effectifs sont à la baisse.

N.B : D'après le Service de la statistique et de la prospective du ministère de l'Agriculture.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article