60 Millions de consommateursAttention aux « montagnes de promesses » du bio

| AFP

Le magazine 60 Millions de consommateurs, dans son hors-série de juillet-août consacré au « meilleur du bio », met en garde contre les « montagnes de promesses » du secteur qui est « loin d'être sans failles », après un banc d'essai de 130 produits.

Déplorant qu'un produit arborant le label AB coûte bien plus qu'un produit conventionnel, le magazine dénonce « l'argument marketing de poids » qu'est devenu le précieux sésame. « À l'heure où les scandales alimentaires s'enchaînent, le logo fait figure de Graal. Pourtant il est loin d'être sans failles », souligne la rédactrice adjointe du magazine, Christelle Pangrazzi, citant plusieurs dérives, comme l'exploitation de travailleurs immigrés dans les champs ou l'utilisation de l'huile de palme, autorisée malgré le fait que sa culture participe à la déforestation.

Or, ajoute-t-elle, « en optant pour le bio, le consommateur devrait avoir la garantie d'acheter responsable d'un point de vue aussi bien nutritionnel qu'écologique ou éthique ».

Selon les chiffres révélés mardi par l'Agence Bio, le bio représente désormais 5 % des achats alimentaires des Français, avec près de 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

L'Agence Bio note également le renforcement du poids de la grande distribution, qui commercialise désormais la moitié des produits bio, alors que jusqu'à l'an passé, les commerces spécialisés menaient la danse. La vente directe conserve 12 % de parts de marché en 2018 (+ 12,8 %).

Étant donné le poids du secteur côté consommateur, « l'heure n'est plus aux montagnes de promesses, si bio soient-elles », conclut Christelle Pangrazzi.

Interrogé à ce sujet sur Public Sénat, le ministre de l'agriculture, Didier Guillaume, a au contraire estimé que « l'alimentation française (était) saine, sûre et durable : tout le monde nous l'envie ». « Nous avons beaucoup de chance » car « les produits transformés » par l'industrie agroalimentaire française sont « de grande qualité », a-t-il également souligné. « Il faut continuer à transformer notre agriculture, dans le cadre de la transition agro-écologique », et donc continuer à faire du bio, mais « contrôler tout cela bien évidemment », a-t-il ajouté.

Des dérives

Parmi les 130 produits testés par le magazine, quelques uns sont emblématiques : le lait, les céréales du petit déjeuner, la pâte à tartiner, les pommes, mais aussi le vin, la viande ou le poisson. Ainsi, certains œufs et laits contiennent plus de polluants en bio que leurs homologues conventionnels, ou bien encore des huiles d'olive bio recèlent des plastifiants, notamment des phtalates. Enfin, précise le magazine, « gâteaux, pâtes à tartiner ou plats préparés bio renferment tout autant de sucres, de gras et de sel que des produits non-bio ».

Le magazine, édité par l'Institut national de la consommation (INC), pointe également plusieurs points à améliorer : l'utilisation des engrais et pesticides, l'exploitation intensive, l'impact carbone négatif des fruits hors-saison, la vente sous plastique de certains fruits et légumes bio etc. En outre, ajoute le hors-série, « rien n'interdit à l'agriculteur (bio) de s'installer sur un sol contaminé ou à proximité d'une source de pollution (dioxines, PCB) ».

Une assertion que la Fédération nationale de l'agriculture biologique (FNAB) a relevé mercredi matin : « alors que le label bio impose aux paysans et paysannes des exigences fortes de production, leurs animaux, leurs fruits, leurs légumes sont exposés à la pollution qui nous entoure, plus que des animaux élevés en batterie ou des fruits et légumes hors sol », indique-t-elle dans une déclaration à l'AFP. « La lutte contre la pollution de l'air, des sols et de l'eau doit devenir une priorité du gouvernement pour nous assurer à tous un environnement sain et durable ». « Ce n'est pas aux paysans et paysannes biologiques de faire les frais de la pollution générée par d'autres, le principe pollueur-payeur doit s'appliquer », explique Guillaume Riou, président de la FNAB cité dans le texte, qui, par ailleurs, ne répond pas aux autres critiques de 60 Millions de consommateurs.

Enfin, le magazine rappelle que « manger exclusivement bio est une utopie, pour des raisons économiques, mais aussi parce que toutes les denrées ne sont pas disponibles »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 4 RÉACTIONS


farmer50
Il y a 74 jours
Les agris bio vont être les arroseurs arrosés. L'agribashing ambiant qui consiste à taper à bras raccourci sur l'agri conventionnel a conduit un bon nombre d'agri à réagir en ouvrant leurs fermes et aujourd'hui, c'est le retour de bâton. Malheureusement, ce sont bien les abris bio qui vont être à la peine alors que ce sont les ONG (gén. future, Greenpeace et consorts) avec certains politiques qui les auront mis dedans. Je pense que le consommateur va être complétement perdu quand il va se rendre ce qu'est la production bio.
Répondre
The germs
Il y a 74 jours
Il n'empêche que ce type d'article n'est bon pour personne, bio ou conventionnel nous sommes tous dans le même bateau.
Je suis dans une démarche herbagère depuis quelques années. Alors que je pensais bien faire, on me dis maintenant que mon lait n'est pas bon car "contiendrait des dioxines". Je fais quoi?
On aucune lisibilité dans l'avenir. Si ce n'est de faire au mieux, et pas chère. J'ai d’ailleurs pu lire dans l'article concerné, que "le prix des produits bio ne se justifiait pas"... Bref, faites de la qualité, on ne la paiera pas...
Répondre
Chrislait
Il y a 74 jours
Toutes les denrées ne sont pas disponibles !!! Heureusement !!! Quand on mange bio, on accepte pas de manger des produits qui ne sont pas de saison ? On achète pas des produits qui viennent de l'autre côté de la planète ?
Répondre
trop bete
Il y a 75 jours
Que le consommateur est naif !!!!
Répondre