Algues vertesLes agriculteurs bretons veulent agir

| AFP

Les agriculteurs bretons ont présenté mardi à Rennes un plan expérimental contre la prolifération des algues vertes prévoyant de créer deux zones pilotes dans les Côtes d'Armor.


Les agriculteurs se mobilisent contre les algues vertes
(© Terre-net Média)
« Mis au bancs des accusés », les agriculteurs veulent « prendre leurs responsabilités » et participer activement à la lutte contre les marées vertes, a expliqué Yves Marie Beaudet, le président de CAP Bretagne, un nouveau comité régional créé pour développer « une agriculture positive » et « produire durablement dans le respect de l'environnement ».

L'idée est de « conserver le tissu agricole tout en évoluant avec l'agronomie » pour limiter les effluents qui se déversent dans les eaux et contribuent à la prolifération des algues, a-t-il expliqué au cours d'une conférence de presse. Pour réduire les nitrates, les agriculteurs proposent notamment d'agir sur les engrais en modifiant les pratiques de fertilisation et d'épandages, mais aussi sur les rejets en implantant des unités collectives de méthanisation pour transformer les lisiers et fumiers.

Le plan, qui représente un investissement de 60 millions d'euros sur cinq ans, concerne les zones de Lannion (170 exploitations agricoles sur 70 hectares, essentiellement des élevages de vaches laitières) et Saint Brieuc (1.900 petites exploitations sur 65.000 hectares), où le littoral est particulièrement touché par le fléau vert.

Intégrer la démarche des agriculteurs au plan du gouvernement

« Les résultats ne seront pas immédiats » et « il faudra attendre une bonne dizaine d'années » avant d'évaluer ses effets, selon Cap Bretagne. Surtout, le plan ne peut se concevoir qu'en complément d'autres mesures « curatives ou préventives » comme le ramassage des algues en mer ou la réduction des effluents domestiques décuplés en période estivale, selon les agriculteurs.

Le but est donc de l'intégrer au « plan d'action » contre les marées vertes que le gouvernement a prévu de présenter en janvier après avoir officiellement admis cet été la toxicité des algues putréfiées. La Bretagne est la première région agricole française, avec 145.000 emplois dans l'agriculture et l'agro-alimentaire. Chaque année, entre 50.000 et 80.000 tonnes d'algues vertes se déposent sur le littoral breton, selon des estimations.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article