#Agriloving contre agribashingL'appel des JA de Bourgogne Franche-Comté à défendre l'agriculture

| par | Terre-net Média

Pour combattre l'agribashing, Jeunes Agriculteurs de Bourgogne Franche-Comté lance #Agriloving, « une campagne de communication différente et décalée » qui se veut « suffisamment marquante » pour « interpeller le grand public » et être « lanceuse d'alerte ». Car « il est temps d'oser défendre l'agriculture », selon le syndicat, « pour que la société change de regard sur le monde et les pratiques agricoles ». Espérons que cet « appel » deviendra plus viral sur les réseaux sociaux que les fake news qui circulent sur l'agriculture et les agriculteurs.

campagne agriloving de communication des jeunes agriculteurs de bourgogne franche comte(©#Agriloving)

« Les agriculteurs sont obtus », « ils sont contre le progrès » et « ne cherchent pas à faire évoluer leurs pratiques ». « Ils veulent produire toujours plus sans réfléchir aux conséquences pour l'environnement ou la santé humaine » quand, « sous l'emprise des lobbies de l'agrofourniture, ils n'empoisonnent pas sciemment leurs concitoyens et la planète »... Ces propos calomnieux, les exploitants agricoles les entendent de plus en plus souvent dans les médias grand public, sur les réseaux sociaux et même dans la bouche des consommateurs. À chaque fois, ils sont plus virulents. En Bourgogne-Franche-Comté (BFC), des agriculteurs ont décidé de prendre les armes, les mêmes que leurs détracteurs, autrement dit les mots, pour combattre ces derniers sur leur propre champ de bataille : Twitter, Facebook, Instagram... 

Céréaliers et éleveurs, récemment installés ou qui ne le sont pas encore, en place depuis plusieurs années, bientôt à la retraite ou ayant déjà cédé leur exploitation : à l'initiative de Jeunes Agriculteurs BFC, de nombreux producteurs de cette région, quelle que soit leur appartenance syndicale, ont ainsi lancé un appel « à oser défendre l'agriculture et le monde agricole » sur les réseaux sociaux. Un #Agriloving contre l'agribashing ! Contre tous ceux qui « osent dire, écrire, penser » et propager des préjugés, voire des accusations et injures mensongères, alors qu'ils connaissent pas ou peu ce milieu.

Pas d'image, que des mots...

Le mouvement #Agriloving s'inspire de la célèbre réplique d'Audiard :

On ose tout, c'est même à ça qu'on nous reconnaît.

« Une campagne de communication » qui se veut « différente et décalée » pour être « marquante » et « interpeller le grand public » voire au-delà, c'est-à-dire les médias ou les politiques. Ainsi, pas de photos ni de vidéos d'agriculteurs au travail, expliquant leurs pratiques, comme dans les opérations habituelles ou comme le font les agriyoutubeurs. Que des mots en réponse à des mots « qui font passer les agriculteurs pour ce qu'ils ne sont pas en choquant et condamnant », explique JA sur le site web dédié à cette action, www.agri-loving.fr ! Car « la parole est facile, peu de ceux » qui véhiculent ce type de messages « se sont donnés la peine de passer une journée dans une ferme ». 

#Agriloving revendique être « une campagne de communication différente et décalée » comme l'illustrent les vidéos de promotion sur Vimeo. Ici la #video1. 

Cliquez sur le curseur pour lancer la vidéo.

Rien de tel pour porter des messages forts comme :

messages campagne communication agriloving (©#Agriloving) 

« Oser dire qu'on aime bien faire notre métier »

#Agriloving se décline en 10 #Argumentscontrelagribashing qui martèlent que les producteurs osent :

  • #1Innover pour « faire progresser les pratiques agricoles ».
  • #2Investir pour « répondre aux nouvelles attentes sociétales ».
  • #3Nousexposer pour « permettre au grand public de mieux comprendre les enjeux agricoles ».
  • #4Embaucher/prendredesrisques pour « créer de l'emploi et faire vivre des familles » dans les territoires ruraux.
  • #5Aimer car la « vie des agriculteurs tourne autour de » leur « amour pour la terre et les animaux ».
  • #6Etrecultivés car ils « sont de véritables chefs d'entreprise » exerçant un « métier riche et complexe qui demande de la technicité agricole et bien d'autres compétences ».
  • #7Produirebienetbon car ils « aiment leur métier et aiment le faire bien » en produisant de manière responsable.
  • #8Nousremettreenquestion car ils sont conscients qu'ils « travaillent avec une nature mouvante qui évolue vite et de façon imprévisible ».
  • #9Nourrirlemonde pour montrer « qu'un monde sans nourriture ne peut pas exister, donc qu'un monde sans paysan non plus ».
  • #10Etrefier de ce qu'ils « sont », de leur « travail » et de leur « implication ».

Une « communauté des amoureux de l'agriculture en BFC »

« Aujourd'hui, il est crucial que nous soyons chaque jour plus nombreux à oser revendiquer ces réalités », insiste JA BFC sur le site internet d'Agriloving. Ainsi, tous ceux qui désirent soutenir l'agriculture et « les valeurs du monde agricole », qu'ils vivent au contact des agriculteurs ou non, peuvent participer à cette action et rejoindre « la communauté des amoureux de l'agriculture en BFC ». Pour cela, il suffit de partager le #Agriloving sur les réseaux sociaux et/ou signer "l'appel à oser" en ligne sur www.agri-loving.fr. Puisqu'elle « permet de se positionner en faveur des acteurs de l'agriculture, cette pétition est le fer de lance du mouvement », estime le syndicat.

goodies agrilovingLe collectif #Agriloving propose aussi de soutenir le mouvement via des goodies (stickers, mugs, sacs, affiches...) (©#Agriloving) 

Pour donner encore davantage de poids au mouvement, un collectif a été créé avec l'Alliance BFC (qui regroupe les trois coopératives Bourgogne du Sud, Dijon Céréales et Terre Comtoise), le groupe coopératif Dijon Céréales et la chambre d'agriculture de Côte-d'Or. « Nous devons être plus nombreux à promouvoir et à expliquer l'agriculture qu'à la critiquer », conclut ce dernier sur ce site web à vocation autant « explicative » que défensive.

Suivez le mouvement #Agriloving sur Facebook :

Et sur Twitter :


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


Réaliste
Il y a 26 jours
18 novembre, 15h00 France Inter. Et ça continue de plus belle. Les sdhi le glyphosate les cancers les malformations et on amalgame tout et on prend un ton suspicieux et ça continue..et c'est payé par notre redevance
Répondre
Patrice brachet
Il y a 29 jours
La meilleure solution pour que les journalistes ne fassent le jeu de nos opposants : les ignorer et ne pas les convier. Ça marche à tout les coups
Répondre
ljacquet
Il y a 29 jours
Félicitation pour cette démarche. Oui l'agriculture est mise aux bancs des accusés par une minorité, mais les médias en sont les porte-paroles et détruisent : nos savoir faire, nos produits de qualité inégalées à travers le monde ! ! !
Répondre
titian
Il y a 29 jours
Je ne crois pas Jean, taper sur les paysans ultra minoritaires et leurs façons de faire, permet à certains mouvements aux moyens déjà colossaux et autres corps constitués de tenir le devant de la scène.
C'est un business comme un autre, il faut des dons et des adhésions, la pertinence, la légitimité et la hiérarchie des actions à menés et idées à défendre n'est bien évidemment que secondaire, seul le "buzz" compte.
Répondre
jean
Il y a 29 jours
cher amis agriculteurs sachez que ce sont une minorité qui font de l agribashing certe très influentent ça leurs passeras car les vrais problèmes sont bien ailleur
Répondre