Paroles de lecteursAgrandissement et installation, un mariage toujours réussi ?

| par | Terre-net Média

Est-ce une bonne stratégie de s'agrandir dès l'installation ? Peut-être dans certains cas, mais les lecteurs de Web-agri appellent à la prudence quant à la charge de travail, à l'augmentation des charges, au revenu réellement dégagé. La passion ne fait pas tout...

eleveur dans une salle de traiteEn production laitière, la passion ne doit pas faire oublier qu'on doit gagner sa vie.(©Terre-net Média)

Stivi : « Bravo, tu es très motivé. Tu dois aimer ce que tu fais, ce qui n'est pas le cas de tout le monde. Dans notre boulot, si tu n'es pas passionné, faut arrêter. »

Tell14 : « La motivation ne fait pas tout. Elle est évidemment nécessaire en production laitière mais elle ne doit pas te faire oublier le reste comme gagner ta vie correctement et ne pas être le seul de la famille à faire 70 heures par semaine. »

Steph72 : « Bonjour la surcharge de travail avec 120 vaches laitières, les poulaillers... J'en ai connu qui avaient en permanence la tête dans le guidon et ça s'est très mal fini. Le volume ne fait pas tout !!! »

Babast : « La valeur ajoutée en élevage vient de la maîtrise totale des coûts et des performances technico-économiques de l'éleveur, rarement d'une augmentation des volumes de lait produits, sinon tous les postes de charge explosent, y compris le travail. »

Titian : « C'est malheureusement un schéma très courant en agriculture, avec papa et maman au travail. Avec leur aide précieuse, on peut vite être aveuglé par des perspectives de développement alléchantes en oubliant leurs pertinences sur le moyen terme. Espérons juste que Victorien a bien pesé tous ces éléments. »

« Quand tu doubles le nombre de vaches, tu triples les difficultés »

Tell14 : « Quand on est jeune, on ne pense pas que cette jeunesse n'est pas éternelle ! La fatigue, une petite crise laitière de plus, les parents qui ne peuvent plus aider... Bien sûr, tous les techniciens t'incitent à foncer, mais c'est pour eux, pas pour toi. Réfléchis le problème autrement : produis tes 500 000 l de la façon la plus autonome possible (pas besoin de gros investissements pour cela) et profite de la vie. Tes parents pourront aussi profiter de leur retraite sans être obligés de traire jusqu'à 75 ans. Ne le prends pas mal, je te dis ça par expérience. J'ai voulu grossir trop vite et boum, un redressement judiciaire. Quand tu doubles le nombre de vaches, tu triples les difficultés. À quoi bon faire 1 million de litres, si tu ne gagnes pas ta vie avec 500 000. Les économies d'échelle n'existent pas en production laitière. »

Jeje50 : « Le souci est toujours le même : le prix du lait trop bas et les charges trop élevées, ce qui pousse à les diluer. Au bout du compte, tu es débordé et tenu par ce système. Dans la Manche, un secteur plutôt laitier, de plus en plus de jeunes ne voient plus d'avenir dans le lait et sont prêts à changer de production, même s'ils gagnent moins. Ils veulent moins de boulot et profiter de la vie. À force de tirer sur la corde, tous les éleveurs se découragent... »


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article