Dossier Retour au dossier Prix du lait

Loi alimentationAccord inédit entre Intermarché, Bel et ses producteurs laitiers

| AFP

L'association des producteurs de lait Bel Ouest, les fromageries Bel, et Intermarché ont annoncé mercredi un accord tripartite inédit selon lequel le distributeur s'engage à payer un peu plus cher les produits Bel pour mieux rémunérer les producteurs de lait qui le fournissent.

C et accord entre les 800 producteurs laitiers de l'association, un transformateur et un distributeur « est la concrétisation d'une démarche voulue par les États généraux de l'alimentation », a indiqué Antoine Fiévet, le PDG de Bel (Vache qui rit, Babybel, Kiri) à l'AFP. Le groupe Bel avait renouvelé début décembre pour 2019 un accord avec ses producteurs de lait en France qui leur garantit un prix du lait sur l'année , en contrepartie d'engagements sur leurs pratiques de production.

Dans cet accord, le prix du lait a été fixé pour cette année à 371 euros les 1 000 litres, en comptant les primes pour une alimentation sans OGM pour les troupeaux laitiers et la mise en pâturage au moins 150 jours par an. C'est un prix nettement supérieur au prix moyen du lait standard en France , qui s'élevait à 333 euros les 1 000 litres en 2017, selon FranceAgriMer. « La théorie du ruissellement ne peut marcher que s'il y a de la transparence », a indiqué à l'AFP le président d'Intermarché Thierry Cotillard pour expliquer pourquoi il avait choisi de s'associer à la démarche lancée par le transformateur et ses producteurs. Thierry Cotillard avait signalé en novembre qu'il était prêt à acheter ses produits alimentaires « plus chers » aux entreprises « capables de justifier l'augmentation de la rémunération des agriculteurs » en 2019, et donc une montée en gamme. C'est maintenant au dernier maillon de la filière, le consommateur, de s'associer à la démarche, selon les signataires de cet accord. Toutefois, le patron d'Intermarché ne compte pas augmenter les tarifs , mais prend plutôt le pari que demain, « ce modèle plus vertueux et responsable sera un critère de préférence pour une marque et pour une enseigne ». Thierry Cotillard s'est également dit ouvert à la signature d'autres accords de ce type, tandis que Bel et l'Association des producteurs APBO ont appelé les autres distributeurs à contractualiser avec eux. L'annonce de cet accord intervient le jour de l'adoption par le conseil des ministres de la première ordonnance de la loi alimentation relevant le seuil de revente à perte et encadrant les promotions pour défendre les producteurs face à la distribution.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 5 RÉACTIONS


Reel
Il y a 93 jours
Lactalis à payer aux producteurs en 2018 320 € la tonne de moyenne. Bel 370€/tonne. Lactalis se fout de ses producteurs ils peuvent crever, lactalis s'en fout et les options sont corrompus avec le groupe laitier
Répondre
Patou
Il y a 96 jours
150 jours de pâturage cet année ? Et les vaches ont toujours de l herbe ? Car c est ça le deal il me semble ?
Répondre
CHRISLAIT
Il y a 96 jours
Oui, il. NE faut pas trop faire la fine bouche, en espérant que d'autres suivent l'exemple !!!
Répondre
gregoire
Il y a 96 jours
Je vois pas dans quel région cela pourrai coincer et surtout le pâturage est pas obligatoire, il permet juste une prime de 6 euros/1000L. L'initiative est plutôt intéressante certaine coops devrai en prendre de la graine au regard d'un prix qui est garantit sur 12 mois à un niveau plus rémunérateur..
Répondre
Patou
Il y a 96 jours
150jours de pâturage !!! Il y a des régions où cela va coincer ! Tout cela pour faire plaisir à un consommateur qui dans quelques mois trouvera que c est trop cher et se détournera de cette gamme dégouté de toutes ces conneries vous voulez bien tuer l élevage en france
Répondre