LituanieAbattage massif de porcs pour lutter contre la fièvre porcine

| Afp

Vilnius, 24 juil 2014 (AFP) - La Lituanie a annoncé jeudi l'abattage de milliers de porcs après avoir confirmé les premiers cas de porcs contaminés par la fièvre porcine africaine dans une ferme du nord-est du pays.

Des cas de fièvre porcine africaine, une maladie mortelle pour les cochons mais qui ne présente pas de danger pour les humains, ont été détectés dans une ferme géante de la compagnie danoise Idavang, dans une région proche de la Lettonie et de la Biélorussie voisine, ont indiqué les services vétérinaires lituaniens. « La ferme compte environ 19.000 cochons et ils sont en train d'être abattus », a précisé à l'Afp la porte-parole de Idavang Lina Mockute.

Après la découverte en début d'année des premiers cas de fièvre porcine sur des sangliers venus probablement de la Biélorussie, la Lituanie avait décidé d'abattre environ 90 % des quelques 60.000 sangliers vivant sur son territoire. En Pologne, cinq premiers cas de porcs contaminés ont été annoncés mercredi dans un élevage de l'est du pays, près de la frontière avec la Biélorussie, les animaux ont été abattus et les autorités ont placé 37 fermes de la région en quarantaine. La Lettonie est également touchée et a décidé mardi d'étendre une zone de quarantaine dans les régions limitrophes de la Biélorussie, de l'Estonie, de la Lituanie et de la Russie. 185 porcs ont déjà été abattus.

La Russie, qui absorbe un quart des exportations européennes de produits porcins, principalement des Pays-Bas, d'Allemagne et du Danemark, pour une valeur totale annuelle de 1,4 milliard d'euros, a décrété en janvier un embargo sur le porc européen après la découverte de premiers cas de fièvre porcine sur des sangliers en Lituanie. Bruxelles a porté plainte en avril devant l'Organisation mondiale du commerce (Omc) contre cet embargo et l'Omc a décidé mardi de constituer un panel d'experts indépendants, chargés de trancher ce litige. 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

Soyez le premier à commenter cet article