Assurances climatiquesA partir de mi-janvier, Groupama lance en ligne son offre pour les prairies

| par | Terre-net Média

Au sein du nouveau contrat-socle d'assurance récoltes ou en contrat sur mesure, Groupama lance à partir du 18 janvier 2016 son assurance prairies. Elle repose sur un outil indiciel permettant de mesurer le niveau de production d'herbe tout au long de la saison.

production d'herbeLe contrat d'assurance prairies permet de se couvrir contre un déficit de production d'herbe pâturée
ou récoltée sur l'exploitation. (©Terre-net Média)

Dans le cadre du contrat-socle d’assurance climatique, qui vient réformer le dispositif d’assurance récoltes, Groupama lance à partir du 18 janvier 2016 son contrat d’assurance prairies. « Ce n’est pas une adaptation aux prairies de notre offre assurance multirisques, mais un produit totalement nouveau », ont expliqué les responsables de Groupama devant la presse lundi 7 décembre 2015.

L’assurance prairies de Groupama repose sur un outil indiciel qui mesure régulièrement le niveau de biomasse des parcelles. La production d’une prairie ne se mesure pas comme celle d’une céréale, pour laquelle on peut facilement mesurer les rendements à la récolte. « Impossible de mobiliser des experts sur le terrain pour constater des dégâts sur les prairies », explique Stephan Gin, directeur assurances agricoles de Groupama.

Groupama a découpé le territoire national en 20 000 petites zones agronomiques. L’indice mesure l’écart du niveau de production d’herbe tout au long de l’année, du début de la pousse d’herbe jusqu’à la période hivernale, par rapport à la moyenne olympique des cinq dernières années. Le contrat proposé permet d’assurer un déficit fourrager, et non un niveau de rendement.

« L’objectif du contrat est de couvrir la part du besoin fourrager annuel apporté par les prairies et ainsi permettre de compenser les pertes de fourrage par le rachat d’aliments. On ne couvre pas un objectif de rendement, mais un besoin annuel », poursuit François Schmitt, éleveur et président délégué de la fédération nationale Groupama.

Souscription personnalisée en ligne

En pratique, les éleveurs pourront souscrire à l’offre de l’assureur pour l’année 2016 jusqu’au 31 mars 2016. « Cette date sera sans doute adaptée dans les années à venir en fonction de la date de la reprise de la pousse d’herbe. »

L’interface en ligne permet de personnaliser intégralement son offre de contrat et d’y souscrire directement. L’éleveur doit d’abord décrire l’exploitation, renseigner le nombre d’UGB. L’interface estime, en fonction de données de l’Institut de l’élevage, le volume de matière sèche nécessaire à l’alimentation annuelle du cheptel. Elle calcule aussi, en fonction du nombre d’hectares d’herbe, le niveau de dépendance à l’herbe.

Grâce à l’importation du parcellaire Telepac, l’interface propose une évolution de l’indice de production fourragère de l’exploitation par rapport à la moyenne olympique des cinq dernières années sur la zone géographique sur laquelle se situe la ferme.

L’éleveur pourra choisir de souscrire une offre conforme au contrat-socle, avec un seuil d’intervention de 30 % et une franchise de 20 %. Mais il pourra aussi choisir un niveau d’intervention plus bas ou un niveau de franchise plus élevé. Le prix de la matière sèche à couvrir sera lui aussi paramétrable.

2016 pour « démontrer l’intérêt de notre offre »

A titre d’exemple, pour assurer un capital à l’hectare de l’ordre de 900 € (5 t de matière sèche à un prix de 180 €), et avec un seuil d’intervention à 30 % et une franchise de 30 %, il faudra compter environ 10 €/ha net (c’est-à-dire subvention déduite).

Avec ce contrat prairies, les responsables de Groupama entendent faire souscrire suffisamment de contrats dans toutes les régions de France et dans toutes les productions « pour démontrer  l'intérêt et la robustesse de notre offre ». L’outil indiciel ainsi que les seuils à respecter pour que l’offre soit incluse dans le contrat-socle – et donc pour que le contrat prairies bénéficie du taux de subvention de 65 % - doivent être validés en comité national de gestion des risques, mercredi 9 décembre 2015. « La tarification définitive en découlera », précisent les responsables.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 2 RÉACTIONS


oi
Il y a 1463 jours
ah bon alors sils sont comme les autres
Répondre
toto
Il y a 1469 jours
payez vous serez considere, mais remenboures en ai une autre,surtout avec groupama
Répondre