Grippe aviaireLes pays touchés doivent "intensifier les efforts" (FAO et OIE)

| AFP

L'organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) ont estimé mardi 1er février que la grippe aviaire était une "menace constante qui pourrait s'aggraver" et que les "pays infectés" devaient "intensifier leurs efforts de contrôle de la maladie".

Dans un communiqué conjoint, la FAO et l'OIE indiquent qu'une "conférence internationale réunissant les meilleurs scientifiques et experts mondiaux en matière de contrôle de cette maladie se tiendra les 7 et 8 avril 2005 au siège de l'OIE à Paris".

"La FAO et l'OIE estiment que pour mieux maîtriser l'épidémie de grippe aviaire, des pays infectés comme le Vietnam et la Thaïlande ont besoin de l'aide de la communauté internationale (...) pour leur permettre de renforcer les moyens des services vétérinaires et mettre en place des stratégies de contrôle efficaces, basées sur une meilleure biosécurité, des systèmes de production plus modernes et, si nécessaire, la vaccination", ajoutent les deux organisations.

Rappelant que depuis le mois de février 2004, les donateurs ont contribué à hauteur de 18 millions de dollars environ à la lutte contre cette maladie, elles avertissent que "des ressources beaucoup plus importantes doivent être allouées dans les meilleurs délais".

D'autre part, "une conférence régionale FAO/OIE sur l'influenza aviaire hautement pathogène se tiendra à Ho Chi Minh (Vietnam) du 23 au 25 février pour évaluer la situation de la grippe aviaire et les actions de contrôle à mettre en oeuvre sur place", selon le communiqué.

La FAO et l'OIE affirment que la "nouvelle vague de foyers d'influenza aviaire au Vietnam et en Thaïlande montre clairement que le virus reste endémique en Asie et que les pays infectés doivent intensifier leurs actions pour le contrôler".

"Les expériences récentes indiquent qu'il pourrait être impossible d'éradiquer le virus à brève échéance", ajoutent-elles.

La grippe aviaire a fait dix morts en moins d'un mois en janvier au Vietnam et contaminé plusieurs autres personnes.

"Le défi principal est de réussir à contrôler l'influenza aviaire à la source dans les pays infectés et d'arrêter sa propagation éventuelle à d'autres régions", affirment la FAO et l'OIE, ajoutant que "la bataille contre la grippe aviaire ne peut être gagnée que par une intensification des efforts et par un accroissement des ressources visant à maîtriser le virus chez les animaux dans les zones rurales".

"La FAO et l'OIE alertent la communauté internationale sur le fait que le désastre du tsunami pourrait peut être aggraver la situation de la grippe aviaire en Asie, du fait du déplacement de volailles à grande échelle".

La grippe aviaire a également été décelée en Thaïlande dans des élevages de poulets des deux provinces septentrionales d'Uttaradit et de Nakhon Sawan la semaine dernière, ce qui porte à six le nombre de provinces affectées par ce virus qui avait tué 12 personnes l'an dernier dans le pays, selon le ministère de l'Agriculture thaïlandais.

La Thaïlande a été placée en état d'alerte face au risque d'une réapparition à grande échelle du virus de la grippe aviaire alors que de nouveaux foyers étaient détectés au début janvier parmi des poulets, coqs de combat et des pigeons.



Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article