SemencesL'interprofession (Gnis) s'estime « écoutée » par Dominique Bussereau

| Agra Presse

Reçus le 14 février par le ministre de l'Agriculture Dominique Bussereau, les dirigeants du Groupement national interprofessionnel des semences et plants (Gnis) sont ressortis « satisfaits » de l'entretien, et avec le sentiment d'« avoir été écouté ».

Trois dossiers ont été principalement évoqués par Robert Pellerin, le président du Gnis : la propriété intellectuelle, la réforme de la Pac et les traitements de semences.

Sur le premier point, le ministre se serait déclaré prêt à relancer le processus de transposition dans le droit français des dispositions de la convention internationale sur la protection des obtentions végétales, et ce, en tentant de trouver un créneau législatif dans un délai « raisonnable ».

Concernant la réforme de la Pac — et les difficultés que les producteurs de semences potagères et betteravières sont susceptibles de rencontrer faute de bénéficier de références historiques — Dominique Bussereau aurait déclaré être « conscient » de la situation et qu'il tenterait de trouver des solutions.



Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article