Bien-être animal130 chercheurs réclament une protection des « lanceurs d'alerte » animalistes

| AFP

Quelque 130 enseignants-chercheurs, principalement en sciences sociales, ont demandé mardi, dans une lettre ouverte à la Garde des Sceaux, une protection des « lanceurs d'alerte » sur la question du bien-être animal, face à « l'influence grandissante », selon eux, des lobbies de l'élevage intensif.

Faisant le constat d'un intérêt croissant de la population pour les conditions de vie des animaux, ces chercheurs disent assister depuis plusieurs mois, « à une campagne active des lobbies de l'élevage intensif », avec à la clé, une « influence grandissante dans les décisions publiques qui prend une dimension inquiétante pour notre démocratie ».

Dans leur viseur notamment, la création en octobre dernier de la cellule de gendarmerie Demeter, chargée « du suivi des atteintes au monde agricole », via des conseils aux éleveurs, de l'analyse du renseignement, et le traitement judiciaire desdites atteintes.

« Le dévoiement (...) de ressources publiques, dont celles du renseignement chargé d'assurer la protection des populations civiles contre des actes meurtriers est inquiétant », dénoncent-ils, craignant l'adoption de nouvelles mesures « contre les lanceurs d'alerte ». Selon eux, « la pénalisation des lanceurs d'alerte priverait d'une source d'information essentielle».

« Si nous n'avons plus de vidéos de lanceurs d'alerte, nous serons incapables de dire ce qui se passe à l'intérieur des élevages, ce qui est une confiscation du débat public », a déclaré à l'AFP Romain Espinosa, chargé de recherche CNRS à l'université de Rennes 1, et l'un des initiateurs du texte.

« Aujourd'hui, le débat sur le bien-être animal est entré dans la sphère publique après avoir été longtemps confiné à la sphère privée », a-t-il ajouté. « Il ne s'agit pas de critiquer les petits élevages, mais l'élevage intensif, les hangars avec les dizaines de milliers de poulets », poursuit l'économiste, qui travaille sur l'alimentation végétale et la condition animale.

L'université Rennes 2 a lancé à la rentrée 2019 un diplôme universitaire « Animaux et société ». La présence de l'association anti-spéciste de protection des animaux L214 parmi les intervenants avait créé la polémique.


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

   Rechercher plus d'article

DÉJÀ 10 RÉACTIONS


vik
Il y a 164 jours
Par contre il faut pas tous mélanger entre les exploitations a ta humaine ou les bovins (herbivores) vont encore dehors, que tous les agri ne sont pas a mettre tous dans le méme sac car depuis 9 mois j'ai étais controler 3 fois par contre ça commence a etre ridicule sans compter tous les organismes qui passent les bons agri vont etre dégoutés là vous allez voir des fermes usines a l'avenir
Répondre
Djo15
Il y a 165 jours
« Si nous n'avons plus de vidéos de lanceurs d'alerte, nous serons incapables de dire ce qui se passe à l'intérieur des élevages, ce qui est une confiscation du débat public », pour savoir se qui se passe vraiment faudra juste lever le cul de vos chaises et venir vous même dans les élevages ! Comme ça vous le verrez de vos propres yeux avec les explications qui vont avec, plutôt qu'une information déformé par quelques activistes de salon....
Répondre
Terminé
Il y a 165 jours
Ma ferme est en friche, elle répond parfaitement à la demande des médias et des citoyens qui ne veulent plus de traitement et d animaux dans les fermes. Il n y a plus d animaux non plus vide vide plus de bruit plus d odeurs la ferme ne dérange plus personne. Plus de vie animale ni végétale la nature qui va pousser. C'est au top non ?
Plus de contrôle, o risque de pollution, les distances de traitement sont largement respectées, 0Traitement dans la parcelle. Les animaux ne souffrent pas, ne crient pas... Juste qd même qqs promeneurs dans les sentiers pédestres qui disaient ha c'est dommage elles étaient belles tes vaches... Voilà pas plus que cela..
Notre société en fait cela ne la dérange pas plus que cela du moment que les rayons des GMS sont à ras bord, et qu ils voient encore des produits sur les marchés.. Nous sommes dans le nouveau monde la France qui se goinfre avec une campagne qui meurt... Ça arrange tout le monde en fait.. Toutes ces associations animalistes devront aller à l étranger car en France ils n y aura plus d animaux dans les fermes ils ne pourront plus faire le buzz. Ou peut être aller voir celui qui a deux gros chiens en appartement.
N est-ce pas pour tout ceux qui roulent les champs se vident.. Voir un troupeau sera rare et qui dit plus rare celui là il aura tout le monde sur le dos faudra qu il mette un mur à la place des clôtures.. Une pression insupportable.. Pendant ce temps là dans les écoles ont apprend le végétarien et apprendre à se débarrasser des animaux.. Belle éducation.. Pour un monde toujours meilleur n est-ce pas..
Répondre
caliméro
Il y a 166 jours
Bah tiens, v'la que c'est eux les victimes maintenant!
Pour l'instant, les seules atteintes à la démocratie se sont eux qui les perpétuent, commence à en avoir ras le cul de cette bienpensance de gauche, ces gens ont peut être un avis sur les grèves des cheminots et les coupures EDF perpétrées par la CGT... Avec eux finis l'élevage, vive le goulag!!! On en parle des 100 millions de morts dues au communisme? bah non! c'est des êtres humains pas de pauvres animaux...
DEMETER est plutôt une bénédiction pour eux, sans ce sera les agris qui se feront justice, à eux de choisir!

Répondre
hub
Il y a 163 jours
T'inquietes Arthur , ils savent bien que ce sont des conditions d'elevage pourris, d'ailleurs pourquoi dans les pubs ne voit on jamais le cadre de vie de ces animaux ?? Pourquoi systematiquement un animal de ferme ds une prairie est il gage de qualité ?? Beaucoup de consommateurs pensent que ts les anx sont élevés dehors comme ds les films. Tu verras si tu prends position contre ce mode d'elevage, tu auras droit a ts les noms et ttes les c... d'usages ... :p)
Répondre
Arthur
Il y a 164 jours
Qu’est-ce qui faut pas lire ! Des propos Haineux : n’importe quoi !
Moi au moins je propose une Agriculture avec culture au sans propre du terme,
Quand les agriculteurs en France défendent «  la meilleure agriculture au monde » au moins on se place dans les rangs !
Je n’impose pas je prospose pour tirer l’agriculture vers le haut !
Loin d’un niveau de pipicaca !
Répondre
Pipicaca
Il y a 164 jours
Les propos diffamatoire sont répréhensibles, imposer ses idées = dictature. Arrêtez votre haine.
Répondre
Arthur
Il y a 166 jours
Et donc j’avais bien raison ! Magouille du ministère de l’intérieur et de la Fnsea et son agri business ! Demeter déesse des moissons. Bande d’andouilles !
Montez des élevages industriels intensifs : allez y!comme des poulaillers d’engraissement de poulets en 25/30jours! D’autrès de dindes par lots de 23000 têtes au sol sans jamais sortir !
Et des agris de dire : au moins ça rapporte !
Pauvres de vous !
On pourrait y ajouter le transport des moutons et bovins à l’export! Une honte ! Arrivés sur place la moitié son creuvé!
Répondre
titian
Il y a 166 jours
Il y a comme un problème quand une poignée d'enseignants chercheurs servent de bras armé à l'idéologie, antispeciste en l'occurrence ici.
Par contre aucun souci pour défendre les lanceurs d'alertes, enfin ceux qui prennent de vrais risque à montrer des dérives au sens larg, pas ceux de la dernière mode avec des vents porteurs et sans risques.
Répondre
Oups
Il y a 166 jours
Et c'est l'État qui finance le CNRS ?' gloups
Répondre